Présentation

Présentation

2001Première promotion
2004« École du Paradoxe »
20157 Formateurs
2016Nouveau site

La méthode

L’Intervention Systémique Paradoxale est un modèle de résolution de problèmes humains issu des travaux de l’Ecole de Palo Alto.

Dans les années 1960, au sein du Mental Research Institute de Palo Alto en Californie, Richard Fisch, Paul Watzlawick et John Weakland, développent une nouvelle approche thérapeutique inspirée par les travaux de l’anthropologue Gregory Bateson sur la communication : la thérapie brève (brief therapy).
Le caractère non normatif et non pathologisant de cette méthode a rapidement permis qu’elle soit utilisée en dehors du champ de la thérapie, dans tous les contextes dans lesquels peuvent se présenter des problèmes relationnels (entreprises, institutions, travail social, formation, urbanisme etc.).

La démarche de l’Intervention Systémique Paradoxale repose sur :
une conception constructiviste du monde : il est impossible de connaître la réalité qui existe en dehors de nous, nous ne pouvons que construire des représentations de la réalité dont aucune n’est plus vraie qu’une autre.
un regard systémique : les situations sont abordées en prenant en compte l’ensemble du système au sein duquel elles se manifestent et en s’intéressant aux interactions entre les personnes, c’est à dire aux messages échangés.
une stratégie paradoxale de résolution de problème : les interventions visent à amener la ou les personne(s) qui demandent de l’aide pour un changement, à cesser  de faire ce qu’elles ont déjà tenté et qui n’a pas marché (les tentatives de solution).
L’arrêt des tentatives de solution vise à créer un contexte favorable à un changement écologique.

Pour plus d’informations sur la méthode voir le site de l’association PARADOXES

La formation

Durant 20 ans l’Ecole du Paradoxe a proposé une formation complète organisée en trois cycles.

Aujourd’hui notre formation s’adresse aux professionnels déjà initiés à l’approche de Palo Alto et propose différents modules pour approfondir la pratique ainsi que des supervisions individuelles ou de groupe.

Les groupes de formation sont limités à 9 ou 12 participants

Les formations se déroulent à Paris ou en distanciel

Horaires : de 9 heures à 18 heures, soit 7 heures 30 de formation par jour.

Public concerné

Cette formation s’adresse à des professionnels ayant déjà acquis les bases de l’approche de Palo Alto et exerçant dans des contextes dans lesquels ils ont à résoudre des problèmes humains.

Par exemple :

  • Dans le champ médico-psycho-social : médecins, psychologues, psychothérapeutes, infirmiers, travailleurs sociaux etc.
  • Dans le champ des entreprises et des institutions : consultants, coachs, responsables RH, managers, formateurs etc
Approfondissement et pratique de l’Intervention Systémique Paradoxale:
  • Deux journées indépendantes d’entrainement intensif à l’Intervention Systémique Paradoxale
  • 4 modules de perfectionnement à l’Intervention Systémique Paradoxale :
    Modules de 2 jours, abordant chaque année des aspects différents de la pratique pour permettre aux personnes déjà formées à l’approche et l’utilisant dans leur pratique professionnelle de se perfectionner par des exercices spécifiques et des entretiens complets supervisés directement par les formatrices.
  • Une Initiation aux techniques d’Attention Systémique 
  • Des supervisions de pratiques professionnelles individuelles ou de groupes destinées à des praticiens formés à l’Intervention Systémique Paradoxale.

Les fondatrices

Docteur Irène Bouaziz
Psychiatre

Directrice pédagogique, formatrice

Docteur Chantal Gaudin
Psychiatre

formatrice

Pourquoi une école ?

Le modèle de Palo Alto, élaboré dans les années soixante à la suite des recherches de Gregory Bateson sur l’application des principes de la cybernétique à la communication humaine, a connu, au gré des praticiens qui s’en sont inspirés, divers développements.
L’accent mis sur tel ou tel aspect de l’approche donne lieu à une grande variété de pratiques venant enrichir la réflexion autour de la notion de changement au sein des systèmes et renforcer la conviction qu’il n’y a pas une seule façon de voir les choses.
Pourquoi une école ?

Notre pratique a pris, au fil des années d’expérience, de formation, de recherche et d’enseignement, une forme spécifique qu’il nous importe maintenant de qualifier par ce qu’elle a pour nous de central : le paradoxe.

Adhérant au point de vue constructiviste qui considère que, faisant partie du monde, nous ne pouvons pas le connaître objectivement, nous veillons particulièrement à respecter la construction de la réalité de nos clients.

Dans la stratégie paradoxale que nous mettons en place pour les aider à résoudre leurs problèmes, nous avons choisi de privilégier la dimension de la collaboration et les interventions sur mesure. Pour pouvoir s’adapter avec souplesse à chaque situation, ce modèle d’intervention nécessite surtout l’apprentissage d’une vision du monde, d’une position dans la relation, d’une façon de penser les problèmes et leurs solutions.

Depuis 1994, nous sommes attachées à transmettre cette façon d’aborder les problèmes humains dans le cadre de formations destinées à des intervenants exerçant dans différents champs et en 2004, nous avons voulu formaliser plus avant notre enseignement et nos recherches en les développant dans le cadre d’une école.

Une école pour quoi ?

Une école, parce qu’il s’agit à la fois de dispenser un enseignement sur la pratique du paradoxe, de rassembler ceux dont le travail s’oriente dans le même « contre sens » et enfin de « faire école ». La formation que nous proposons est principalement inspirée par le modèle de Palo Alto pour les prémisses constructivistes et systémiques sur lesquelles il repose et pour sa stratégie paradoxale d’arrêt des tentatives de solution.

La forme que nous donnons à nos interventions, le type de relation que nous établissons avec nos clients, les accents que nous mettons sur tel ou tel aspect des tactiques, relèvent de diverses sources d’inspiration parmi lesquelles nous pouvons citer la pensée écologique de Gregory Bateson, les pratiques de Milton Erickson, Victor Frankl, François Roustang et certains développements plus récents autour de la seconde cybernétique telles que les approches collaboratives et constructionnistes.

L’École du Paradoxe a pour but de former des praticiens des relations humaines (médecins, psychologues, psychothérapeutes, infirmiers, intervenants sociaux, enseignants, consultants, coachs, managers, urbanistes…).

(Dr Irène Bouaziz, Dr Chantal Gaudin, 2004-2011)

L'équipe pédagogique

Pierre-Jacques Barthe
Consultant, coach, formateur
Catherine Chambon
Catherine Chambon
Consultante, coach
Catherine Conti
Catherine Conti
Consultante, formatrice
Sabine ROUMET GUITEL
Sabine Guitel
Urbaniste
François SIMONOT
François Simonot
Psychothérapeute, coach